LA GUERRE DES BOUTONS

La marque / Conseil, La suit(e)| Vues : 920

Pour la petite histoire…

Dans les années 1900, le Roi Edouard VII, monarque bien en chair, devint si corpulent, qu’à force, il ne put fermer le dernier bouton de son costume. Pour ne pas l’offenser et éviter une décapitation suite à un excès de jalousie, les gentilshommes de la cour commencèrent également à laisser leur dernier bouton ouvert. Petit à petit, ce non usage du dernier bouton devint un style, qui se propagea rapidement au Royaume-Uni et sur le reste du monde. Un vrai lanceur de mode cet Edouard.

Pour ne pas donner des boutons…

Afin d’éviter une crise d’angoisse à votre beau-père, grand-père ou patron, nos Suiters vous livrent quelques règles de bases, à suivre scrupuleusement.

Premièrement, une veste à un bouton, doit toujours être boutonnée. Simple.

Deuxièmement une veste possédant deux boutons garde systématiquement le premier boutonné, le dernier déboutonné. Basique.

Enfin, pour les amateurs de vestes croisées, nous vous invitons à garder votre veste systématiquement fermée. Classique.

Porter convenablement un costume, constitue un indicateur culturel et de savoir-vivre. Dans vos milieux professionnels, galas, mariages, soirées… Votre personnalité et l’attention que vous portez aux détails, seront intimement liés à votre costume. Alors évitez les fautes de frappes qui resteront collées à votre image, telle une tache de vin sur une chemise blanche.

En attendant la Suit(e)

Suivez ces quelques règles de bases proposées par nos Suiters et choisissez la veste Videlongo qui saura sublimer votre allure et révéler votre charisme.

Et si jamais vous avez un peu de ventre, vous savez maintenant quel bouton fermer.